De volta...


dun outeiro a outro,
non mudo de pel.

Deixara preparada unha nova plantilla (a K2 modificada) para este eido no que seituro, pero cando iba premer no Intro entroume a morriña.

Un non pode desprenderse asi como asi de cousas que forman parte da sua historia personal. O amarelo sobre o negro e o plata sobre o azul (cumplindo a teoria do contraste de cores). O fondo verdoso (teriamos que falar de lonxitudes de onda) do encerado sobre o que agora escribo. O espartanismo dunha plantilla espida. Nada deso e improvisado.

¿Cambiar esta compañeira de insonmios por unha amante pizpireta e descerebrada?

Nun par de dias volverei o outro outeiro, a miña Comala particular segun sostiene Pereira, e cando o Valdoncel o inunde unha corrente multicolor de adolescentes a primeira hora da maña, seguiremos segando no centeo, para ver si mollo a mollo facemos unha meda mais alta ca torre que ensombrece o Liceo.

Para estes dias de volta a normalidade, algunhas debilidades miñas:



Georges Moustaki & Barbara

La dame brune

Paroles: Georges Moustaki. Musique: Barbara, Jean-Louis Aubert
note: duo: Georges Moustaki avec Barbara

--------------------------------------------------------------------------------

Pour une longue dame brune, j'ai inventé
Une chanson au clair de la lune, quelques couplets.
Si jamais elle l'entend un jour, elle saura
Que c'est une chanson d'amour pour elle et moi.

Je suis la longue dame brune que tu attends.
Je suis la longue dame brune et je t'entends.
Chante encore au clair de la lune, je viens vers toi.
Ta guitare, orgue de fortune, guide mes pas.

Pierrot m'avait prêté sa plume ce matin-là.
A ma guitare de fortune j'ai pris le la.
Je me suis pris pour un poète en écrivant
Les mots qui passaient par ma tête comme le vent.

Pierrot t'avait prêté sa plume cette nuit-là.
A ta guitare de fortune, tu pris le la,
Et je t'ai pris pour un poète en écoutant
Les mots qui passaient par ta tête comme le vent.

J'ai habillé la dame brune dans mes pensées
D'un morceau de voile de brume et de rosée.
J'ai fait son lit contre ma peau pour qu'elle soit bien,
Bien à l'abri et bien au chaud contre mes mains.

Habillée de voile de brume et de rosée
Je suis la longue dame brune de ta pensée.
Chante encore au clair de la lune, je viens vers toi.
A travers les monts et les dunes, j'entends ta voix.

Pour une longue dame brune, j'ai inventé
Une chanson au clair de la lune, quelques couplets.
Je sais qu'elle l'entendra un jour, qui sait demain,
Pour que cette chanson d'amour finisse bien.

Bonjour, je suis la dame brune, j'ai tant marché.
Bonjour, je suis la dame brune, je t'ai trouvé.
Fais-moi place au creux de ton lit, je serai bien,
Bien au chaud et bien à l'abri contre tes reins.





¿Podese escribir e musicar mellor a pelea entre o hastio e o cariño cando un home e unha muller que se quixeron (e se queren) moito levan vinte anos de vida compartida, sin fillos que amortiguen as puñaladas da monotonia ?

La chanson des vieux amants
A cancion dos vellos amantes
Jacques Brel (1929-1978)

Bien sûr, nous eûmes des orages
Claro que tivemos tormentas,
Vingt ans d'amour, c'est l'amour fol
vinte anos de amor e un amor tolo.
Mille fois tu pris ton bagage
Mil veces ti colliches a maleta,
Mille fois je pris mon envol
mil veces eu estiven a punto de voar.
Et chaque meuble se souvient
E cada mueble recordase,
Dans cette chambre sans berceau
nesta habitacion sin cuna,
Des éclats des vieilles tempêtes
dos estalidos das vellas tempestades.
Plus rien ne ressemblait à rien
Xa nada se parece a nada,
Tu avais perdu le goût de l'eau
ti perdiches o gusto pola auga
Et moi celui de la conquête
e eu o afan por conquistarte.

Mais mon amour
Pero amor meu,
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
meu doce, meu tenro, meu maravilloso amor.
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Desde que a alba clarea ata o fin do dia,
Je t'aime encore, tu sais, je t'aime
querote ainda, … querote.

Moi, je sais tous tes sortilèges
Eu coñezo todos os teus encantamentos,
Tu sais tous mes envoûtements
ti sabes todos os meus trucos de seduccion.
Tu m'as gardé de piège en piège
Ti soportaches as miñas trampas
Je t'ai perdue de temps en temps
e eu perdinte de vez en cando.
Bien sûr tu pris quelques amants
Claro que tiveches alguns amantes,
Il fallait bien passer le temps
facia falta pasar ben o tempo
Il faut bien que le corps exulte
e e bon que o corpo se exalte.
Et finalement finalement
E finalmente,
Il nous fallut bien du talent
fixonos falta moito talento
Pour être vieux sans être adultes
para chegar a vellos sin ser adultos.

Oh mon amour
Meu amor,
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
meu doce, meu tenro, meu maravilloso amor.
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Desde que a alba clarea ata o fin do dia,
Je t'aime encore, tu sais, je t'aime
querote ainda, … querote.

Et plus le temps nous fait cortège
E canto mais vai pasando o tempo,
Et plus le temps nous fait tourment
mais nos atormenta o seu paso.
Mais n'est-ce pas le pire piège
Pero esta non e a peor trampa,
Que vivre en paix pour des amants
a peor e que os amantes vivan en paz.
Bien sûr tu pleures un peu moins tôt
Claro que ti tardas algo mais en chorar,
Je me déchire un peu plus tard
eu algo mais en sentirme ferido
Nous protégeons moins nos mystères
e protexemos menos os nosos misterios.
On laisse moins faire le hasard
Deixamos menos cousas o azar
On se méfie du fil de l'eau
e desconfiamos de calquera cousa,
Mais c'est toujours la tendre guerre
porque a nosa e sempre unha guerra tenra.

Oh mon amour
Meu amor
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
Meu doce, meu tenro, meu maravilloso amor
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Desde que a alba clarea ata o fin do dia,
Je t'aime encore, tu sais, je t'aime
querote ainda, … querote.

NOTA 1: ¿Que quere decir Brel con « Tu avais perdu le goût de l'eau »? ¿Que agora ela bebe viño para vencer a monotonia? ¿Que xa non chora cando discuten?

NOTA 2: Aconsellolles unha lectura reflexiva os romeos e as julietas menores de 30 anos.




Georges Brassens

Jeanne

Paroles et Musique: Georges Brassens 1962

--------------------------------------------------------------------------------

Chez Jeanne, la Jeanne
Son auberge est ouverte aux gens sans feu ni lieu
On pourrait l'appeler l'auberge de Bon Dieu
S'il n'en existait déjà une
La dernière où l'on peut entrer
Sans frapper, sans montrer patte blanche

Chez Jeanne, la Jeanne
On est n'importe qui, on vient n'importe quand
Et, comme par miracle, par enchantement
On fait partie de la famille
Dans son cœur, en s'poussant un peu
Reste encore une petite place

La Jeanne, la Jeanne
Elle est pauvre et sa table est souvent mal servie
Mais le peu qu'on y trouve assouvit pour la vie
Par la façon qu'elle le donne
Son pain ressemble à du gâteau
Et son eau à du vin comme deux gouttes d'eau

La Jeanne, la Jeanne
On la paie quand on peut des prix mirobolants
Un baiser sur son front ou sur ses cheveux blancs
Un semblant d'accord de guitare
L'adresse d'un chat échaudé
Ou d'un chien tout crotté comm' pourboire

La Jeanne, la Jeanne
Dans ses ros's et ses choux n'a pas trouvé d'enfant
Qu'on aime et qu'on défend contre les quatre vents
Et qu'on accroche à son corsage
Et qu'on arrose avec son lait
D'autres qu'elle en seraient tout's chagrines

Mais Jeanne, la Jeanne
Ne s'en soucie pas plus que de colin-tampon
Etre mère de trois poulpiquets, à quoi bon
Quand elle est mère universelle
Quand tous les enfants de la terre
De la mer et du ciel sont à elle



Les feuilles mortes
As follas mortas
Letra: Jacques Prévert. Musica: Joseph Kosma 1946

Oh ! je voudrais tant que tu te souviennes
¡Quixera tanto que recordaras
Des jours heureux où nous étions amis.
os dias felices nos que eramos amigos!
En ce temps-là la vie était plus belle,
Nese tempo a vida era mais fermosa
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui.
e o sol quentaba mais que hoxe.
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle.
As follas mortas recollense cunha pala,
Tu vois, je n'ai pas oublié...
xa ves que non o olvidei …
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
As follas mortas recollense cunha pala,
Les souvenirs et les regrets aussi
os recordos e os pesares tamen.
Et le vent du nord les emporte
E o vento do norte levaas
Dans la nuit froide de l'oubli.
na noite fria do olvido.
Tu vois, je n'ai pas oublié
Xa ves que non esquecin
La chanson que tu me chantais.
a cancion que me cantabas.


C'est une chanson qui nous ressemble.
E unha cancion que se parece a nos,
Toi, tu m'aimais et je t'aimais
ti queriasme e eu queriate.
Et nous vivions tous deux ensemble,
E viviamos xuntos,
Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais.
ti queriasme e eu queriate.
Mais la vie sépare ceux qui s'aiment,
Pero a vida separa os que se aman
Tout doucement, sans faire de bruit
docemente, sen facer ruido.
Et la mer efface sur le sable
E o mar borra sobre a area
Les pas des amants désunis.
os pasos dos amantes que xa non estan xuntos.


Yves Montand


Yves Montand


Andrea Bocelli


Julitte Greco


Nat King Cole


Keit Jarret



Desde este outeiro que quixera ser barricada, saude.

4 opinions:

A Sombriña betanceira

Benvido de novo señor blancolexítimo, sinceiramente teño que agradecer a súa volta, porque aínda que as discrepacias que tiven, teño e terei con vostede son moitas, recoñozo que é un dos principais protagonistas e animadores da blogosfera brigantina.

Saúdos.

antonio p.s.

Vueleve usted con el buen tiempo....y como al mismo es usted bien venido.
Un saludo

Anónimo

Non lle falta un vídeo?
http://www.youtube.com/watch?v=4Zvz2GJaIqI
Benvido.

blancolexitimo

Agradezo a benvida a Sombriña e Antonio. Anonimo, penso que a cancion que me cita estaria fora de contexto.

Un saudo.